Orchestration de containers Docker - Docker Compose et Crane

Si vous suivez le fil Twitter d’Ippon, vous aurez sûrement remarqué que, depuis un peu plus d’un mois, nous tweettons les posts de blog plusieurs fois afin d’accroitre leur visibilité. Pour cela, nous avons mis en place un bot (rss2twitter) reposant sur deux containers Docker. Pour gérer ces containers, un outil d’orchestration est pratique. Rapide présentation de deux challengers : Docker Compose (anciennement Fig) et Crane.

La problématique

Notre bot utilise deux containers Docker :

  • un container Redis pour la persistance (dates de publication des posts…)
  • un container pour notre application.

Ces containers sont dépendants l’un de l’autre : l’application doit être connectée (link, dans la terminologie Docker) au container Redis. Pour démarrer notre application, il faut donc lancer le container Redis avant le container de l’application.

Par ailleurs, la ligne de commande de Docker est assez complexe. Si on veut se souvenir des paramètres adaptés à notre application, on a donc tendance à conserver la ligne de commande dans un ReadMe ou dans des scripts Shell.

En l’occurence, nous avions créé un script Shell:

#!/bin/bash
docker build -t ippontech/rss2twitter:latest app
docker run -p 0.0.0.0:6379:6379 -v /root/rss2twitter/data:/data -d --name redis redis redis-server --appendonly yes
docker run --link redis:redis -d --name rss2twitter ippontech/rss2twitter

Capture d'écran 2015-03-26 14.25.57

Ça fonctionne mais c’est très manuel et, au final, pas très pratique. Par exemple, pour arrêter nos containers, il nous faut un autre script. Et si un container vient à tomber, il faut relancer le bon container.

Docker Compose

Docker Compose est l’outil “officiel” proposé par Docker, Inc en ayant racheté Fig.

Pour Docker Compose, un fichier docker-compose.yml doit être créé. Chaque container doit être décrit : image, commande de lancement, volumes, ports…

Voici le fichier équivalent à nos commandes Shell :

redis:
  image: redis
  command: redis-server --appendonly yes
  volumes:
  - /root/rss2twitter/data:/data
  ports:
  - "6379:6379"

rss2twitter:
  build: app
  links:
  - redis

Au premier lancement, le container rss2twitter (l’application) sera buildé à partir du Dockerfile pour être réutilisé lors des prochaines exécutions.

Pour lancer nos containers, il faut utiliser la commande docker-compose up :

Capture d'écran 2015-03-26 14.36.45

La commande ne rend pas la main. Pour lancer les containers en mode détaché, il faut utiliser l’option -d : docker-compose up -d

Il est possible d’interagir avec notre ensemble de containers via la commande docker-compose et ses différentes options, notamment ps :

Capture d'écran 2015-03-26 14.40.39

On notera que les noms des containers sont générés dynamiquement.

Crane

Crane, de son côté, est indépendant de l’entreprise Docker, Inc.

Le principe de Crane est identique à celui de Docker Compose : un fichier de description (qui peut être en JSON ou en YAML) et une commande unique pour interagir avec les containers.

Ici, nous avons créé un fichier crane.yml :

containers:

  redis:
    image: redis
    run:
      volume: ["/root/rss2twitter/data:/data"]
      publish: ["6379:6379"]
      cmd: "redis-server --appendonly yes"
      detach: true

  rss2twitter:
    dockerfile: app
    image: ippontech/rss2twitter
    run:
      link: ["redis:redis"]
      detach: true

Deux différences :

  • on peut directement indiquer que les containers seront lancés en mode détachés via detach: true
  • pour le container de l’application, il faut indiquer le nom de l’image qui sera générée.

On peut lancer nos containers via la commande crane lift :

Capture d'écran 2015-03-26 14.53.40

Les autres options de lignes de commande sont relativement similaires à celles de Docker Compose :

Capture d'écran 2015-03-26 14.49.40

On peut notamment utiliser crane status pour connaître l’état de nos containers :

Capture d'écran 2015-03-26 14.50.11

Dans ce cas, on voit que Crane utilise comme noms de containers les noms que nous avons indiqués dans le fichier de définition.

Bilan

Les deux outils remplissent bien leur rôle :

  • sauvegarde des paramètres de la ligne de commande de Docker
  • démarrage / arrêt / … de plusieurs containers en exécutant une seule commande
  • orchestration de la création des containers en respectant l’ordre des dépendances.

Les outils ont toutefois leurs limites. Par exemple, si le container Redis s’arrête, il faudrait arrêter le container de l’application puis relancer les deux containers. Ni Docker Compose, ni Crane, ne sait faire cela.

Pour finir, j’ai une légère préférence pour Crane pour sa documentation plus lisible ainsi que pour sa commande plus facile à taper (on finit par créer un alias sur docker-compose).

La question qui se pose est probablement celle de savoir s’il y a, à terme, de la place pour deux outils remplissant les mêmes fonctions. Docker Compose étant maintenant l’outil “officiel”, il prendra probablement le pas sur Crane. Consolation, la migration de l’un vers l’autre sera très facile étant données les similitudes de formats de fichiers de configuration.


Vous avez trouvé cette publication utile? Cliquer sur
Ippon
Ippon est un cabinet de conseil en technologies, créé en 2002 par un sportif de Haut Niveau et un polytechnicien, avec pour ambition de devenir leader sur les solutions Digitales, Cloud et BigData.

Ippon accompagne les entreprises dans le développement et la transformation de leur système d’information avec des applications performantes et des solutions robustes.

Ippon propose une offre de services à 360° pour répondre à l’ensemble des besoins en innovation technologique : Conseil, Design, Développement, Hébergement et Formation.

Nous avons réalisé, en 2016, un chiffre d’affaires de 24 M€ en croissance organique de 20%. Nous sommes aujourd’hui un groupe international riche de plus de 300 consultants répartis en France, aux USA, en Australie et au Maroc.
FRANCE Website LinkedIn