Introduction à Spark Streaming

Spark permet de traiter des données qui sont figées à un instant T. Grâce au module Spark Streaming, il est possible de traiter des flux de données qui arrivent en continu, et donc de traiter ces données au fur et à mesure de leur arrivée.

Modèle de micro-batches

Avec Spark Streaming, un contexte est initialisé avec une durée. Le framework va accumuler des données pendant cette durée puis produire un petit RDD (Resilient Distributed Dataset, Cf. Introduction à Apache Spark). Ce cycle accumulation / production de RDD va se reproduire jusqu’à ce le programme soit arrêté. On parle ici de micro-batches par opposition à un traitement des évènements un par un.

spark-streaming-micro-batches

Spark Streaming s’oppose donc ici à Apache Storm : Storm offre un traitement en temps-réel des évènements tandis que Spark Streaming ajoutera un délai entre l’arrivée d’un message et son traitement.

Cette différence de traitement permet toutefois à Spark Streaming d’offrir une garantie de traitement des messages en exactly once en conditions normales (chaque message est délivré une et une seule fois au programme, sans perte de messages), et at least once en conditions dégradées (un message peut être délivré plusieurs fois, mais toujours sans pertes). Storm permet, lui, de régler le niveau de garantie mais, pour optimiser les performances, le mode at most once (chaque message est délivré au maximum une fois mais des pertes sont possibles) doit être utilisé.

Enfin, et c’est l’avantage principal de Spark Streaming par rapport à Storm, l’API de Spark Streaming est identique à l’API classique de Spark. Il est ainsi possible de manipuler des flux de données de la même manière que l’on manipule des données figées.

Sources de données

Spark Streaming étant destiné à traiter des données qui arrivent en continu, il est nécessaire de choisir une source de données adaptée. On aura donc tendance à préférer des sources ouvrant une socket réseau et restant en écoute. De base, on pourra ainsi utiliser :

  • une socket TCP (via sc.socketStream ou sc.socketTextStream)
  • des messages depuis Kafka
  • des logs depuis Flume
  • des fichiers depuis HDFS (pour monitorer la création de nouveaux fichiers uniquement)
  • une file MQ (type ZeroMQ)
  • des tweets depuis Twitter (utilise l’API Twitter4J)

Il est également possible d’implémenter une source de données sur mesure en étendant la classe Receiver.

Exemple

Initialisation de Spark Streaming

Un contexte Spark Streaming est créé en instanciant la classe JavaStreamingContext (et plus JavaSparkContext). Il est alors nécessaire d’indiquer une durée de discrétisation en millisecondes. Cette durée indiquera la cadence à laquelle les micro-batches seront produits.

SparkConf sparkConf = new SparkConf()
        .setAppName("my streaming app")
        .setMaster("local[2]");
JavaStreamingContext sc = new JavaStreamingContext(sparkConf, new Duration(5000));

Notez qu’il est important d’initialiser l’exécuteur avec au minimum 2 threads (local[2]). En effet, un thread sera dédié à l’écoute des données entrantes et il faut au moins un thread de traitement. Sans cela, l’application bloquera après l’émission du premier batch.

Création d’un flux

Dans cet exemple, nous allons consommer des tweets. Twitter est en effet une source de données facile à exploiter puisque des tweets sont produits en permanence.

Au préalable, il faut déclarer une application liée à un compte Twitter, récupérer des clés d’API et les placer dans un fichier twitter4j.properties. La librairie Twitter4J est alors initialisé de la manière suivante :

Configuration twitterConf = ConfigurationContext.getInstance();
Authorization twitterAuth = AuthorizationFactory.getInstance(twitterConf);

L’objet de base de l’API Spark Streaming est un DStream, c’est-à-dire un Discretized Stream (flux discrétisé). Pour Twitter4J, un DStreamest créé via la méthode TwitterUtils.createStream() :

String[] filters = ...;
TwitterUtils.createStream(sc, twitterAuth, filters)
        ...

On obtient un objet de type JavaDStream<Status> (Status étant une classe de la librairie Twitter4J) qui offre les opérations classiques :mapfilter, etc.

Nous pouvons récupérer les tweets contenant le hashtag #Android et compter les autres hashtags :

String[] filters = { "#Android" };
TwitterUtils.createStream(sc, twitterAuth, filters)
        .flatMap(s -> Arrays.asList(s.getHashtagEntities()))
        .map(h -> h.getText().toLowerCase())
        .filter(h -> !h.equals("android"))
        .countByValue()
        .print();

Détaillons ce code :

  • On commence par créer le DStream afin d’obtenir les tweets mentionnant le hashtag souhaité :
      String[] filters = { "#Android" };
      TwitterUtils.createStream(sc, twitterAuth, filters)
    
  • On extrait les hashtags via la méthode Status.getHashtagEntities() et on applatit le résultat grâce à l’opération flatMap. A ce stade, nous avons un JavaDStream<HashTagEntity>.
      .flatMap(s -> Arrays.asList(s.getHashtagEntities()))
    
  • On extrait ensuite le texte des hashtags des entités HashTagEntity par une opération map afin d’obtenir un JavaDStream<String>.
      .map(h -> h.getText().toLowerCase())
    
  • Le hashtag #Android ne nous intéresse pas puisqu’il est inclus dans tous les tweets. Nous l’éliminons donc grâce à un filter.
      .filter(h -> !h.equals("android"))
    
  • On effectue ensuite un map-reduce pour compter les hashtags et ainsi obtenir un JavaPairDStream<String, Long> qui associe des hashtags à un nombre d’occurences.
      .countByValue()
    

    L’opération countByValue est équivalente au code suivant :

      .mapToPair(h -> new Tuple2<String, Long>(h, 1L))
      .reduceByKey((x, y) -> x + y)
    
  • Enfin, nous utilisons l’opération print pour écrire sur la console 10 éléments. Cette opération est à réserver au debug.
      .print();
    

Lancement du traitement

Pour lancer notre traitement, contrairement à Spark où l’exécution d’une action finale lançait un traitement, Spark Streaming nécessite d’appeler la méthode sc.start().

Le traitement démarre dans des threads séparés. Il faut donc empêcher le thread principal de s’arrêter. Le plus simple est d’appelersc.awaitTermination() mais il est possible d’attendre un évènement particulier (la pression d’une touche du clavier, par exemple) ou d’exécuter un autre traitement.

Nous écrivons donc :

sc.start();
sc.awaitTermination();

En lançant notre application, on obtient, toutes les 5 secondes, l’affichage des nombres de hashtags mentionnés dans les tweets portant la mention #Android :

2014-12-07 13:23:10,064 [pool-8-thread-1] INFO  org.apache.spark.SparkContext - Job finished: getCallSite at DStream.scala:294, took 0.005259701 s
-------------------------------------------
Time: 1417954990000 ms
-------------------------------------------
(modeon,1)
(skydragon,6)
(igers,1)
(androidgames,16)
(gameinsight,12)
(note4,1)
(newphone,1)
(gameinsightbr,4)
(igersphilippines,1)
(htc,6)
...

...
2014-12-07 13:23:15,069 [pool-8-thread-1] INFO  org.apache.spark.SparkContext - Job finished: getCallSite at DStream.scala:294, took 0.007432635 s
-------------------------------------------
Time: 1417954995000 ms
-------------------------------------------
(skydragon,9)
(androidgames,13)
(gameinsight,13)
(htc,9)
(dubai,6)

Conclusion

Spark Streaming répond à la problématique de traitement de données produites en flux continu, par opposition à Spark qui permet de traiter des données connues à un instant donné.

En pratique, on préfèrera Spark Streaming à Storm si le traitement en temps réel des données ne s’impose pas. Spark Streaming sera adapté si la cadence de traitement est au minimum de quelques dixièmes de secondes, voire de quelques secondes.

Ressources

Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*