La nouvelle version de notre site http://www.ippon.fr est en ligne ! Au menu, nous vous proposons de nouvelles rubriques détaillant nos offres, nos compétences, nos références et partenaires… Ainsi qu’une mise à jour des parties recrutement et société, avec de nouvelles pages pour nos agences de Bordeaux et Nantes. Nous avons voulu mettre l’accent sur […]

Play! Framework est un petit « nouveau » dans l’écosystème fourni des framework web Java et il a fait beaucoup parler de lui ces derniers temps. Pourquoi tant de bruit (bon ou mauvais d’ailleurs) me direz-vous ? Je n’entrerais pas dans ce débat et cet article n’est pas là pour faire l’éloge ou non de Play!. D’un point de vue personnel, je dirais juste que Play! m’a redonné envie de faire du développement web en java. Après c’est une question de goût.

Deux des fonctionnalités de Play! que j’apprécie particulièrement sont : le rechargement à chaud du code Java et le bytecode enhancement. Je vous propose de voir comment, sous le capot, Play! met en œuvre ces 2 fonctionnalités.

Dennis Ritchie (debout) et Ken Thompson devant un PDP-11 en 1972 Chez Bell.

La semaine dernière, à l’occasion de la disparition de Steve Jobs, Geoffray évoquait l’héritage technologique que celui-ci avait apporté à la communauté des développeurs en général et Java EE en particulier. N’en déplaise aux intégristes (comme le Molah Stallman), aux grincheux ou aux incultes, cet apport est bien réel et la micro informatique de 2011 doit beaucoup à l’Apple II, au Macintosh ou à Next Step. Evidemment quasiment toutes ces “inventions” attribuées à Jobs ne sont que du recyclage d’idées mises au rebut par d’autres (Xerox pourrait aujourd’hui être à la place d’Apple ou Microsoft), mais n’est-ce pas ce que tous les innovateurs font : aller plus haut en montant sur les épaules des géants qui les ont précédés ? Les épaules sur lesquelles Jobs est monté sont nombreuses, mais celles de Dennis Ritchie sont probablement les plus larges. Car si la micro-informatique doit beaucoup à Jobs, l’informatique en général doit encore plus à Dennis Ritchie qui nous a quitté le week-end dernier à l’age de 70 ans.

Cet article fait partie d’une série sur les technologies incluses dans Java EE 6. Vous pouvez également lire l’article d’introduction de cette série : Java EE 6 ici et maintenant et celui sur JSF : JSF je t’aime, moi non plus

L’une des technologies les plus populaires dans le monde Java EE est sans aucun doute JPA. Il suffit de voir le nombre de livres et d’articles sur le sujet. Toutefois, si JPA est très répandu, il s’agit aussi de l’une des spécifications Java EE les moins bien maîtrisées par les développeurs et donc une source récurrente d’échecs des projets. Fort de ce constat je ne vais pas m’apesentir sur les nouveauté de JPA 2.0 dans ce post (en dehors de l’API criteria, celles-ci sont pluôt à la marge) pour me permettre de faire un retour aux sources sur JPA qui pourra profiter à certains. Ceux qui pensent maîtriser ces concepts pourraient être quand même intéressés par la fin de la’article qui traite de l’extended persistence context et de ses mérites.

Cet article vous propose, en environ 30 minutes, de réaliser et déployer dans le cloud une application JSF2/Spring Webflow/Spring/JPA. Présentation de l’application Nous allons utiliser un générateur de code (www.springfuse.com) pour réaliser notre application depuis un schéma de base de données. Vous pouvez bien entendu utiliser votre propre schéma de base de données, mais pour […]

Après les hommages officiels je tiens à faire un clin d’œil au pionnier des serveurs d’applications : Steve Jobs Ci-dessous une keynote de 1996 de présentation de WebObjects Sans Steve et Next (il s’était fait viré d’Apple à l’époque) pas de révolution du web serverside : Séparation des couches Modèle objet Load-balancing Les Weblogic, Websphere […]