Des Users Groups à la pelle, quels intérêts ???

Je profite de l’annonce officielle de notre sponsoring 2010 du Paris JUG pour lancer le débat sur la multiplication des UserGroups dans notre communauté proche et en particulier à Paris.

Mon comptage récent est le suivant :

  • Java User Groups (dans toute la France)
  • Spring User Group
  • DDD User Group
  • Birt User Group
  • GTUG – Google Technology User Group
  • French Scrum User Group
  • JBoss User Group

En plus des communautés virtuelles sur LinkedIn qui sont inactives au possible.

Premier point, bravo à toutes ces initiatives car seuls ceux qui ont déjà organisé des événements d’ampleur comme le JUG de mardi et ses 200 participants se rendent compte de la masse de travail pour faire de ce type de rencontre un succès.

Second point objet de ce post : je me pose quand même des questions sur l’intérêt de ces User Groups de niche :

  1. Parceque je considère que le JUG est le bon catalyseur de la diversité de la plateforme JavaEE et il l’a montré : soirées Google, JEE6 vs Spring,….
  2. Parcequ’à trop nous spécialiser, nous risquons l’unixisation de la plateforme JavaEE : on part d’un standard et à force de segmenter on se retrouve loin du standard.
  3. Parcequ’au final le grand intérêt pour un consultant JavaEE c’est quand même de cultiver sa polyvalence et d’ouvrir son champ de vision au delà de sa techno de tous les jours, au delà de son projet, au delà de sa boite,
  4. Parcequ’il y a d’autres moyens de faire du marketing (vous en faites pas j’ai moi aussi réfléchi au Liferay User Group…que je ne ferai pas pour les raisons évoquées plus haut…mais que quelqu’un d’autre peut lancer…).

Voilà juste une réflexion sans animosité aucune et de nouveau un chaleureux remerciement au ParisJUG qui finalement a ouvert la voix (ou la voie comme vous voulez).

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+Share on LinkedIn

Une réflexion au sujet de « Des Users Groups à la pelle, quels intérêts ??? »

  1. Bonjour,

    Je suis d’accord sur le fait que certains UG peuvent paraitre de niche.
    Toutefois :

    • il n’y a pas de règles un UG peut ne faire que des réunions trimestrielles pour si le domaine n’offre pas suffisamment de sujet.
    • Les sujets se renouvellent d’eux même avec des soirées comme “les évolutions de la nouvelle version” (Spring, JBoss)
    • Certains de ces UG sont transverses à plusieurs langages (DDD, Scrum) et peuvent offrir des sujets intéressant tels que des comparaisons de facilités d’implémentation selon les techno.
    • La segmentation n’est pas si importante, on doit retrouver une grand nombre des membres du DDD UG ou NoSQL UG dans les soirées du Paris JUG. Cela permet de décharger l’équipe du Paris JUG de l’organisation de soirées couvrant ses thèmes et susceptibles de drainer moins de monde.

    Enfin le public de ces UG est potentiellement plus restreint, l’organisation de telles soirées est plus simple. Par exemple pour le Tours JUG :

    • pas de salle à louer, une salle de classe suffit
    • pas de sono à gérer
    • pas de contrôle à l’entrée
    • un budget plus restreint et moins de relations avec les sponsors….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*