Ils sont très forts chez Liferay car grâce à une petite commande Google du type "inurl:/web/guest" ils arrivent à suivre tous les déploiements sur Internet de Liferay Portal.

Et quand le site leur plaît il rentre dans la galerie de références Internet.

Ce matin Ippon Technologies a eu l’honneur de voir un de ses projets référencé : le site Internet Société Générale Payment Services.

sg_cash_liferay.jpg

La référence est accessible à l’adresse suivante : http://www.sg-cashmanagement.com/

Et le Post sur Liferay.com : cliquez ici

Il s’agit d’un projet pur web réalisé avec les équipes marketing de la Société Générale avec une forte composante CMS Liferay. Conduite de projet Agile et délais serrés.

Les projets évoluent durant les développements, l’architecture aussi…

 

Rappel des faits

Lorsque notre projet a débuté, nous avons utilisé une architecture standard : portail Liferay, portlet applicative contenant les jar dont elle a besoin (y compris les jar d’accès à la couche métier), le tout se basant sur le couple magique Spring / Hibernate.

Mais voilà, au fur et à mesure de l’avancement du projet, nous nous sommes rendu compte que :

  • Cette architecture comportait quelques failles (notamment la gestion du cache, de la taille des portlets et de l’impact d’une modification d’un jar métier sur le re-déploiement de toutes les portlets).
  • De nouveaux besoins sont apparus comme l’ouverture de notre système à une application externe (Intalio en l’occurence), le seul moyen de communication étant les web services.

Le constat était clair : il faut migrer vers une architecture en web services avec des portlets ne comprenant que les jar de présentation, les composants métiers étant regroupés au sein d’une web app, la communication entre ces deux couches étant réalisée par l’intermédiaire de web services.

 

Le choix du "code first"

Nombreux sont les articles sur la toile présentant l’approche "contract first" comme la bonne pratique à utiliser pour la mise en oeuvre des web services. Spring offre d’ailleurs un outillage très intéressant dans ce domaine Spring Web Services – Reference Documentation.

Sous ce titre un peu provocateur, se cache en fait une autre question : si clairement OSGi demande un minimum d’investissement pour être utiliser, OSGi est-il lui aussi prêt pour les besoins de vos projets "entreprise" ?

C’est ce sur ce thème que je vous propose d’échanger lors de la séance "Open-REX" du 25/02 prochain

La session s’articulera autour des points suivants :
– introduction des concepts fondamentaux de OSGi
– exemples de mise en oeuvre de ces concepts avec SpringSource dm Server V2
– les apports d’un tel serveur par rapport à un environnement OSGi nu
– l’intérêt de OSGi pour les applications de gestion
– la maturité de l’offre et les difficultés de mise en oeuvre sur de tels projets

Le formulaire d’inscription est disponible sur le post de Geoffray :
http://blog.ippon.fr/category/open-rex

Venez nombreux !

Pour fêter ses 2 ans le Paris JUG, nous avait concocter une petite soirée bien sympathique.
Le thème de la soirée s’est orientée tout naturellement sur l’Open Source .

Sacha Labourey a introduit brillamment le contexte en exposant un panorama de l’open source aujourd’hui en insistant sur les clés du succès et les pièges à éviter. En guest star, on a eu le droit à Marc Fleury himself pour répondre à nos questions.
Ensuite ce sont enchaînés une série de petites présentations de projet Open Source comme Acceleo (Obeo), XWiki, JCaptcha, eXo, jax-doclets et Play! que l’on a pu suivre en se faisant masser (le rêve ^^) .

Même si tout ça a pris bien plus longtemps que prévu, tout était là !
Pour ceux qui n’ont pas pu y assister la soirée devrait bientôt être disponible en vidéo :-)

Plus d’info sur le site du JUG :
http://www.parisjug.org/xwiki/bin/view/Meeting/20100209 

 

 

La capitalisation autour des retours d’expérience (REX) est un objectif clé des consultants d’Ippon Technologies.

Qu’il s’agisse de bilans projets ou de simples protos nous cherchons en permanence à confronter nos expériences individuelles aux avis de nos clients, collègues et partenaires.

Pour pousser l’expérience jusqu’au bout, Ippon Technologies a choisi en 2010 d’ouvrir ces scéances de capitalisation à la communauté en lancant le concept "Open REX".

Qu’est-ce qu’un "Open REX" :

  • une présentation et/ou démonstration d’une heure maximum,
  • un échange actif avec des Ippons, des pas Ippons, des futurs Ippons,
  • une publication des présentations / du code en Creative Commons.

Afin d’éviter le "syndrome du soufflé" voici le planning du premier semestre :

  • jeudi 25 février 2010 – OSGI – are you ready ?
  • jeudi 25 mars 2010 – Scrum – REX du développeur
  • jeudi 22 avril 2010 – JEE 6 – Quoi de neuf docteur ?
  • jeudi 27 mai 2010 – REX Liferay / Intranets
  • jeudi 24 juin 2010 – E-commerce 2.0 – REX projet Elastic Path
  • jeudi 8 juillet 2010 – REX GIT

Et le formulaire d’inscription qui va avec.

Le détail des "Open-REX" sera régulièrement mis à jour.

En espérant vous voir nombreux et actifs ;->

 


Nous avons accueilli hier nos amis de Mulesoft pour un petit update sur leur offre.

Je dis bien nos amis car depuis 4 ans les équipes Ippon Technologies ont toujours eu d’excellents résultats dans la mise en oeuvre des technos de Mule avec des temps de déploiement record et des performances au rendez-vous (que ce soit en offre open-source ou en offre Entreprise).

Alors quoi de neuf chez Mulesoft :

  • L’offre se complète vers les couches middleware avec la promesse de mettre à disposition des projets des logiciels simples et performants. Mule ne cède pas aux sirènes du BPM, du BAM and co (leurs recommandations restent Intallio et jBPM)
  • L’ESB est toujours le produit phare et les gros déploiements vont bon train (le Parlement Européen, les taxes en Irlande, le back-office de commandes de Nespresso, la plateforme partenaires du ClubMed,…)
  • Les performances sont toujours prioritaires pour MuleESB avec à disposition un module High-Availabity pour fail-over et load-balancing et la nouvelle intégration avec MuleMQ (voir ci-dessous).
  • L’ESB est complété par les briques suivantes :

MuleSoft-stack-2010.jpg