Présentation d’un ORM qui monte.

DataNucleus (anciennement JPOX) http://www.datanucleus.org est un projet open source de la société éponyme.
C’est un ORM au même titre qu’Hibernate ou Toplink, en simplifiant on peut résumer en disant qu’Hibernate est l’implémentation de fait de JPA et que DataNucleus est l’implémentation de référence de la norme JDO.
 

Détails
Version en cours : 1.1
Normes Java supportées : JDO2.3, JPA1, JTA.
Licence : Apache License 2.0
Support des principaux SGBD du marché.
Support JDK5 et des annotations (JPA et JDO).
Support Eclipse, Maven, ANT, intégration native avec Spring

Si DataNucleus reviens sur le devant de la scène c’est essentiellement car il est utilisé par la plate forme Google Application Engine (GAE) pour la persistance. La norme JDO étant l’implémentation mise en avant mais JPA est possible (mais avec des restrictions sur l’implémentation imposée par Google).
Google ayant visiblement choisit JDO dans la bataille des normes de persistance un peu a contre-pied de la tendance actuelle qui plébiscite JPA. Ce qui peut se comprendre par la prise en compte des fichiers pour la persistance dans la norme JDO (et donc un rapprochement plus facile avec Hadoop).

Principales différences avec Hibernate (sans faire un débat JDO versus JPA)

10 août 2009 : VMWare annonce le rachât de SpringSource

Étonnant non? Pas tant que ça finalement.. Pensez Cloud Computing.

C’est finalement l’un des termes les plus en vue dans le domaine des IT en cette année 2009. Après le précurseur Amazon et ses services S3 et EC2, d’une manière ou d’une autre, tous les géants de l’IT s’y sont mis :

  • Google, avec son Google App Engine, qui supporte depuis le début de l’année une partie de l’API Java.
  • Microsoft et sa plateforme Azure dédiée au développement .Net.
  • Yahoo, de manière plus discrète, avec ses apports au projet opensource Hadoop.
  • Oracle qui, part l’intermédiaire d’un partenariat avec Amazon, se lance sans prendre de risque.
  • Citrix avec son rachat de XenSource.

Les exemples foisonnent… Mais finalement, c’est surtout Google et son App Engine que vise VMWare avec ce rachat. Ici 2 poids, 2 mesures :